Préambule

A priori, personne ne peut se douter que ces jeunes gens habitent dans une ressource d’hébergement. De l’extérieur, ils sont comme tous les jeunes âgés de 18 à 25 ans à une exception près, ils se retrouvent temporairement sans abri.

 

Chacun à son histoire, un passé en familles d’accueil et centres jeunesses, une relation amoureuse qui a mal tournée, des liens familiaux qui se sont effrités au fil du temps pour atteindre le point de non-retour ou encore ont été victime d’abus de toutes sortes. D’autres sont tout simplement déracinés de leur milieu, provenant d’une autre région ou d’un autre pays.

 

Ils sont sans emploi ni revenu, sans expérience de travail, peu scolarisé, sans milieu supportant, sous-alimenté. Ils ont une santé déficiente, une santé mentale précaire et des dépendances de toutes sortes (au jeu compulsif, à la drogue, à l’alcool, aux médicaments).

 

Ils sont intelligents, pleins de potentiel, débrouillards, habités de rêves et déterminés à s’en sortir. Ils possèdent force, espoir et courage. Ces jeunes ont simplement besoin d’être écoutés, respectés, valorisés, encouragés, encadrés, de côtoyer des modèles significatifs pour pouvoir reprendre confiance en leurs moyens, s’épanouir, se réaliser.